vendredi 3 décembre 2010

DEUX MASQUES ET LA PLUME (2010)



























“Chacun voudrait retourner en enfance. Chacun d’entre nous. Surtout les pires.” 
Sam Peckinpah

Faire de la parodie n’est pas une obligation. Par contre, en tirer partie exige que la matière psychique vous habitent fondamentalement. Sans parodie pas de tragédie, sans tragédie pas de théâtre... “Deux masques et la plume” est comme un essai clinique à propos des fondements de l’acteur. Il n’y a pas une seule bonne façon d’exprimer le désespoir ou la joie : comme dans la vie, les phénomènes sont complexes, voire confus. D’un côté, le comédien traditionnel qui interprète un rôle en se glissant dans la peau de quelqu’un qui n’existe pas; et de l’autre côté l’acteur qui ne jouerait rien de particulier mais qui serait plongé dans l’anti-chambre de lui-même.
L’acteur est une race croisée à 100% au point d’en devenir monstrueux : un outil de mascarade et de documentaire. Le monstrueux s’accole au sublime comme les deux figures d’une même réalité. (C’est le principe du Pork-butchery and Puppets; Le Pork-butchery and Puppets n’est pas un théâtre pour enfants, mais un théâtre pour l’enfant qui survit en chaque enfant). Envers les monstres c’est tout un jeu d’attraction et répulsion qui se met en place. Car ils nous ressemblent, nous sont proches, et nous inquiètent... L’animalité et l’horreur s’immiscent jusqu’à l’éblouissement aveuglant devant l’exploit.


Les Subsistances du 2 au 7 décembre 2010, Centre Pompidou du 19 au 23 janvier 2011, Nouveau Théâtre d'Angers du 8 au 11 février 2011, CCN Montpellier le 22 février 2011, Festival 360° La Passerelle scène nationale de St Brieuc le 29 mars 2011, Festival via Le Manège Maubeuge le 1er avril 2011, L'Arsenic Lausanne les 17 et 18 février 2012
Scène nationale d'Orléans / théâtre d'Orléans le 13 avril 2012